Archive pour la catégorie 'Dominique'

1952 – Petit mot de Dominique à sa mère

Chère Maman,

Jean et moi partons en moto demain. Je reviendrai à Paris bientôt pour faire soigner mon cul.

Je t’embrasse mille fois.  Dom

Publié dans:Dominique |on 16 août, 1952 |Pas de commentaires »

1950 -Lettres de Dominique, alors en Espagne, à sa mère (extraits choisis d’une très longue lettre)

Ma chère Maman,

Le temps passe vite. Mes élèves n’étant pas rentrés de Madrid, j’ai plus de liberté et je vais tous les matins chez mes amis hollandais (il faut toujours que j’embête quelqu’un). Nous arrosons le jardin, nous allons au marché, nous faisons toutes les boutiques et nous n’achetons rien. (…) nous nous baignons et prenons de bains de soleil avec un nouveau maillot de bain en Lastex vert que je me suis acheté. 200 Pesetas ! Je suis un peu au chomage, mon portefeuille ne se remplit pas, mais je viens de trouver deux nouveaux élèves (NDLR :  cours de français) : le consul d’Argentine et sa fille, ainsi qu’un officier de marine et sa femme.Je vais leur faire signer l’Appel de la Maison de la Paix !

(…)

Et papa ? tu ne me dis rien de papa. Embrasse-le très fort pour moi. Dis-lui que l’aime beaucoup beaucoup.

Je suis très contente que la Maison de la Paix marche si bien.
(…)

Petit mot pour son père Bernard :

Mon petit Papichou chéri, je pense beaucoup à toi. Il faudrait que tu sois avec moi iciet que nous visitions l’Espagne tous les deux ! Je serais très heureuse, tu me manques trop ! Ecris-moi un petit mot ! Ne travaille pas trop et va à Givet te reposer avec Bab et Wisky. Tu avales toujours du bicarbonate ?

Henri, son frère :

Henri, écris-moi un peu gros flémard, si les Lanriers (?) qui te couvent ne te font pas trop dédaigner une soeur andalouse.Si tu as encore grandi, je ne te reconnaîtrai plus. Raconte-moi quelque chose de ta vie chez les jésuites.

Elizabeth, sa soeur cadette :

Je reçois la lettre d’Abeth ce matin. Cela me fait toujours grand plaisir. Je ne crois pas, ma chère Zabeth, être la plus religieuse de la famille, vu que Maman est entrée dans l’ordre de la Paix. C’est magnifique !

Publié dans:Dominique |on 23 avril, 1950 |Pas de commentaires »

Juillet 1944 – Lettre de Dominique à sa mère Andrée

Ma chère Maman,

Nous venons de recevoir ta lettre désolée !!   Il ne faut pas te faire tant de bile pour nous… En ce moment il nous est impossible de partir, les trains ne vont que jusqu’à Fîmes, et après, la Gare de l’Est ne peut rien nous dire, ils ne savent absolument pas s’il existe des trains entre fîmes et Reims et Reims et Charleville. Nous risquons de nous embarquer à l’aventure et d’être coincées là-bas. Je regrette ; évidemment nous aurions dû partir, mais Papa était indécis. Mimi traînait et ne montrait aucune envie de partir. Quand je lui disait qu’il fallait s’en aller, elle me répondait « Pars toute seule si tu y tiens tant que cela, moi, je veux voir le siège ! ». Tantante disait qu’il ne fallait pas abandonner Papa. Bref impossible de secouer ces escargots !!

Je comprends tes inquiétudes.. Mimi a tort de ne pas les partager. Mais ne te fais pas trop de mauvais sang. Ce n’est pas encore trop terrible pour le moment. Je suis prête à partir dés que ce sera possible (Papa est d’accord !!) avec le type dont tu nous parle j’espère..

A bientôt je le souhaite de tout mon cœur !! En attendant j’embrasse toute la famille très affectueusemnt.

Ta fille Dominique qui t’aime beaucoup

Publié dans:Dominique |on 28 décembre, 1944 |Pas de commentaires »

Octobre 1939

Dominique a réussi son examen d’entrée en sixième, elle est très contente et attaque le latin avec une énergie digne du succès.

Publié dans:Dominique |on 15 octobre, 1939 |Pas de commentaires »

Louise Delemer dit Tantante à Andrée, Douai le 29 juillet 1939

Louise Delemer dit Tantante à Andrée, Douai le 29 juillet 1939

J’ai reçu ta lettre avec plaisir et je suis contente de vous savoir tous en bonne santé ; contente aussi de savoir Bernard auprès des enfants. Qu’il les surveille bien ; les accidents sont si vite arrivés. Recommande aux deux grandes de ne pas s’aventurer trop loin ; sous prétexte qu’elle sait nager Mimi commet facilement des imprudences. Marie Briez a dit à tante Léa que, Dominique ayant réussi son examen de passage, elle viendrait à Douai au mois d’octobre. Est­-ce que je ne sais plus lire ? Dans une de ses lettres, il me semble bien que tu m’avais dit que ta fille avait échoué. Je crois que ton numéro 2 ne fera pas grand-chose au lycée; tu vas dépenser beaucoup d’argent pour un maigre résultat et à mon avis on aurait pu l’engager sur une autre voie. Forcément, la présence de Dominique changera bien des choses. Pour les raisons que je t’ai données à Douai, il ne faut plus compter sur moi pour les sorties. Ensuite, il faudra t’occuper de faire laver et raccommoder les chaussettes et t’arranger pour qu’on fournisse du beurre à tes filles ; et enfin leur donner de l’argent de poche et, au moment des vacances, envoyer à la directrice le montant de leur voyage. Depuis deux ans, j’ai fait pour Mimi tout ce que je pouvais faire. Mais tu dois bien comprendre, ma chère Andrée, qu’il m’est tout à fait impossible de multiplier travail et dépenses par deux. Je le regrette pour les enfants mais je ne le puis vraiment pas. As-tu visité le trousseau de la grande fille. Je crois qu’il lui faudra pas mal de choses ; surtout donne-lui des choses pratiques et solides et que tout soit bien grand ; Mimi se développe beaucoup et si tu lui mets du trop juste, elle craque tout et personne n’est derrière elle pour faire les réparations en temps voulu.

Publié dans:Dominique, Louise (Tantante), Mimi |on 15 juillet, 1939 |Pas de commentaires »

Bernard, 11 novembre 1927

Dominique a 14 semaines, elle rit aux éclats, gaie comme un pinson, dit AAAA EEEE depuis une semaine, pèse 6010 grammes. Mimi, 21 mois, l’appelle « fifille » dis papa ! Mimi insupportable, touche à tout, charmante à part cela. N’arrête pas de parler et de proférer des choses judicieuses, parle très distinctement, articule très bien, vocabulaire étendu. La bonne piture pour Mimi : pomme de terre avec beaucoup de beurre… Grande, mince, rose, blonde, ressemble à sa maman, pèse 11kg750

Publié dans:Dominique, Mimi |on 27 septembre, 1927 |Pas de commentaires »

alteregocentrique |
Fantasmes d'homme.......Rêv... |
Langue de pute...? |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Unissons nous pour sauver l...
| mimille0
| So far away from here