Lettre d’engueulade de Henri à sa mère Dédée

Chère famille,

Je ne sais pas au juste qui est le plus à blâmer, de moi, de vous ou du Père préfet. Celui-ci m’a dit hier à midi que maman avait téléphoné pour me faire sortir chez les Gouin. Ce matin j’ai été chez le préfet pour lui demander des précisions qu’il a été incapable de me donner. Surtout, il n’a absolument pas pu me dire si c’était pour aujourd’hui ou pour Dimanche. Enfin, il a ajouté : «si vous voulez sortir, sortez ! si vous ne voulez pas, restez !»

Et je suis sorti.

J’ai été à Miserey (?) où j’étais la dernière personne qu’on s’ttendait à voir paraître. Zabeth était à Evreux et Mr Gouin s’apprêtait à y aller. Nous sommes donc rentrés ensemble, et j’ai été passer le reste de l’après-midi dans la maison d’Evreux où se tient le cabinet du docteur. Pour moi, ça m’a fait une excellente journée de congé, mais je crains d’avoir dérengé les Gouin chez qui j’arrivais comme un cheveu sur la soupe. Enfin, tant qui n’y a rien d’cassé… Mais j’espère que la prochaine fois, tout le monde prendra un surcroît de précautions qui permettra d’éviter de semblables erreurs

Publié dans : Henri |le 13 décembre, 1949 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

alteregocentrique |
Fantasmes d'homme.......Rêv... |
Langue de pute...? |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Unissons nous pour sauver l...
| mimille0
| So far away from here