Mars 1947 Lettre d’Henry à son père Bernard

Mon cher Papa,

Elisabeth m’ appris que la sommation du divorce que tu as mis en instance aura lieu dans quelques temps.

Ainsi donc il paraît que le maison ne te plait plus. Mais à cause de qui ? Regarde quel chagrin tu vas faire à toute la famille ! sous prétexte que tu te laisses faire comme un bébé par une espèce de «j’fourre mon nez partout» qui ne pense qu’à elle ( et même pas à toi ou à ses enfants. D’abord elle est bête comme ses pieds et, ensuite, tu risques de devenir comme elle. Considère que tu as cinq enfants qui t’aiment beaucoup ! Un petit Jean-Marie que tu ne voudrais certes pas rendre malheureux. Une femme qui t’aime bien et que toi-même tu aimes bien (avoue-le !) Regarde ça en face de la putain ! et choisie ! N’oublie surtout pas qu’il faut choisir par toi-même et non selon les désirs (qui font tes faiblesses) d’une femme égoïste.

Ici tout le monde va bien et j’espère qu’il en est de même à Givet.

Ton enfant qui t’aime. Bons baisers. Henri

Publié dans : Bernard, Henri |le 16 mars, 1947 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

alteregocentrique |
Fantasmes d'homme.......Rêv... |
Langue de pute...? |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Unissons nous pour sauver l...
| mimille0
| So far away from here